Nul besoin de fermer les yeux pour se laisser emporter. Une heure dans le noir complet le temps d’une lecture à trois voix où se rencontrent mots, sons et émotions. Une occasion de mettre en lumière des mondes rendus invisibles : celui de la rue, de la solitude ou de l’amertume. Une occasion de donner la parole à celles que la vie de ménage pas et de prendre le temps de s’arrêter les écouter.

Une huitième édition de lecture dans le noir en français où les textes de Sébastien Furer et de Giulietta Mottini flirtent avec le violon de Mathilde Berner.